Sommaire

Le fonctionnement du piano repose sur une mécanique qui comporte principalement :

Clavier du piano et toucher : le contact avec l'instrument

Le clavier d'un piano est composé de 88 touches :

  • 52 touches blanches et 36 touches noires qui ont pour rôle d'actionner les marteaux.
  • ces touches sont faites en bois d'épicéa, de tilleul ou de sapin,
  • avant que cela soit interdit, elles étaient couvertes d'ivoire : elles sont désormais couvertes de matière plastique ou d'ébène.

Le toucher est le contact physique avec l'instrument et il doit répondre à un certain nombre de critères :

  • les touches et leurs réactions sont liées à la qualité des mécaniques,
  • il faut bien connaître le toucher de son piano pour interpréter avec justesse ses intentions et son expression de jeu.

Le pédalier du piano : 3 pédales, 3 fonctions

Le pédalier d'un piano est muni de 3 pédales :

  • pédale de gauche (pédale douce) : rapproche les marteaux des cordes (pour le piano droit), ou les déplace latéralement (pour le piano à queue) de manière à ce qu'ils ne frappent qu'une corde sur deux.
  • pédale de droite (pédale forte) : éloigne les étouffoirs des cordes qui vibrent ainsi librement,
  • troisième pédale dite « tonale » : agit sélectivement et provoque le retrait des étouffoirs des notes jouées,
    • sur le piano à queue : les cordes continuent à vibrer après le relâchement des touches et libèrent ainsi toutes leurs harmonies,
    • sur le piano droit, cette pédale commande une sourdine, c'est-à-dire une bande de feutre qui se place entre le marteau et les cordes, ce qui étouffe le son et atténue son amplitude.
Lire l'article Ooreka